//Freelance : travail en toute liberté

Freelance : travail en toute liberté

L’indépendance à travers ton écran

Les raisons d’être indépendant sont nombreuses. Et ça, la génération Z le sait ! Très envieux d’un mode de vie professionnel différent de celui qu’ont pu vivre les générations précédentes, ses représentants n’hésiteront pas à tout remettre en question pour vivre une aventure entrepreneuriale qui rime avec liberté devenant Freelance.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, vous devez d’abord vous interroger sur les raisons et les motivations qui vous poussent à choisir la voie  du  freelance.

Prenez le temps de bien réfléchir :

  • Pourquoi voulez-vous plus que tout au monde devenir freelance ?
  • Que recherchez-vous en créant votre activité ?

Cette aventure sera excitante, c’est sûr, mais elle sera aussi remplie de difficultés et de doutes.

Trouvez en vous la motivation suffisante  et cultivez la force qui vous fera travailler dur, garder le cap en cas de doutes et relever la tête en cas de difficultés.


freelance-autoentrepreneur-akdigital-tuto

Pourquoi devenir travailleur indépendant

Les motivations

Elles sont diverses et variées, voici celles que j’ai retenues pour vous :

  • Avoir des horaires flexibles
  • Travailler  n’importe où : Parfait pour des amoureux du voyage comme moi !
  • Déduire ses frais professionnels
  • Démontrer ses compétences sur plusieurs projets
  • Acquérir de nouvelles compétences
  • Choisir quand et comment se former
  • Travailler seul et au rythme que l’on veut
  • Se réaliser en tant que chef d’entreprise

Les inconvénients

Toute médaille a son revers et travailler seul n’est pas donné à tout le monde

  • Absence de cadre de travail : cela peut entrainer un manque de motivation ou de rigueur dans l’accomplissement des tâches journalières
  •  Fin des avantages du corporate : plus de tickets restau, de 35h, de RTT et de congés payés
  • Vous payez vous même toutes vos cotisations : Complémentaire maladie, assurance vieillesse, cotisations sociales, n’oubliez pas de prendre en compte ces frais dans vos calculs de rentabilité.
  • Pas de formation professionnelle financée par votre chère entreprise
  • Précarité : On a pas d’indemnités chômage si on ne trouve pas de boulot. Si on est au RSI, on a 30 jours de carence maladie.

Les différents métiers

Voici la liste des principaux métiers du web avec des liens vers leur fiches métier :

freelance article akdigital travailler de chez soi webdesigner

La veille, une passion pour le Freelance

Pour rester compétitif, le freelance devra effectuer une veille concurrentielle et technologique constante. Une bonne appréhension du marché est primordiale afin de pouvoir proposer les meilleurs services à des prix attractifs, tout en gagnant suffisamment d’argent pour payer ses charges et  dégager un revenu maximal.

La veille va de pair avec la curiosité, l’envie constante de trouver de l’information utile, car rappelons-le, le travailleur indépendant aime son métier ! Selon une étude réalisée par HopWork *, 67% des personnes interrogées sont devenues freelance par envie de liberté et d’indépendance.

Dans une dynamique ne favorisant pas l’embauche, le recours à un prestataire de service extérieur est de plus en plus courant. Sous-traitance ou co-traitance se généralisent et deviennent la norme. Dans cette conjoncture, le travailleur freelance a encore ses meilleurs jours devant lui.

Comment devient-on Freelance / travailleur indépendant

Les choix de la forme juridique

Les formes les plus courantes sont les entreprises individuelles :

  • L’Entreprise Individuelle (EI)
  • L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)
  • Le régime Auto-entrepreneur (eh oui !)

Ou les entreprises unipersonnelles :

  •  L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)
  •  La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)
  •  Le portage salarial  (on en reparle plus bas)

Le régime spécial de l’auto-entrepreneur

En tant qu’auto-entrepreneur, vous êtes également un travailleur indépendant : vous êtes en réalité un freelance sous un régime spécial. Le régime auto-entrepreneur est donc une forme déclinée du travail en freelance et correspond à la création d’une entreprise individuelle. Parti de l’ambition de faciliter le lancement des travailleurs indépendants en activité principale ou complémentaire, ce régime offre de nombreux avantages pour qui désire lancer son activité en solo:h2

  • Il n’est pas nécessaire de s’immatriculer au Registre du commerce et des sociétés ou au Répertoire des métiers, facilitant ainsi les démarches et réduisant les coûts.
  • L’auto-entrepreneur bénéficie d’un régime fiscal simplifié, dit de la micro-entreprise.
  • Il jouit également d’un régime social simplifié.

L’une des particularités de ce régime est également de pouvoir exercer son activité d’auto-entrepreneur « à côté » de son emploi principal, sous la condition que l’activité choisie ne soit pas en concurrence avec son activité principale.

Comme dans certaines formes de sociétés, le chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur est limité à des plafonds, qui diffèrent si son activité est commerciale ou de service. Ces plafonds évoluent selon les années et il est nécessaire de les adapter en fonction de votre date d’entrée en activité. En 2016 le plafond de CA est :

  • 82 200 € pour les activités commerciales d’achat/vente, de restauration et de fourniture d’hébergement (hôtels, chambres d’hôtes, gîtes ruraux, meublés de tourisme),
  • 32 900 € pour les prestations de service et les professions libérales relevant des BNC ou des BIC.

En tant qu’auto-entrepreneur, vous n’êtes pas assujetti à la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée), ce qui peut être un avantage ou une limite en fonction de l’activité que vous exercez

ATTENTION  : Depuis 2016 l’auto-entrepreneur doit avoir un compte bancaire différent de son compte perso pour effectuer les paiement et encaissements en lien avec son auto-entreprise.

Responsabilités :

L’EURL, la SASU, la SARL et la SAS confèrent toute une large protection de votre patrimoine personnel car votre responsabilité est limitée au montant de vos apports. En revanche, l’entrepreneur individuel et l’auto-entrepreneur ont une responsabilité illimitée. Cela signifie que vos créanciers professionnels pourront saisir vos biens personnels pour obtenir le paiement de leurs créances.

Si vous voulez en apprendre plus sur les différents statuts de travailleur indépendant et le portage salarial je vous renvois à cet article qui est très complet.

travailleur indépendant freelance autoentrepreneur akdigital article marketing
Les démarches administratives pour devenir (enfin!) freelance

L’auto-entrepreneur, régime de la micro-entreprise

La déclaration d’activité de micro-entrepreneur entraîne automatiquement l’option pour le régime micro-social simplifié. Mais d’un point de vue fiscal, l’auto-entrepreneur a le choix entre le régime de la micro-entreprise (régime de droit commun) et le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu (régime optionnel). VoirRégime fiscal et social de l’auto-entrepreneur

En fonction de son activité, sa déclaration entraîne son immatriculation :

La déclaration de chiffre d’affaires est simplifiée.

L’auto-entrepreneur est exonéré :

Les cotisations sociales pour les auto-entrepreneurs prestataires de services s’élèvent à 23,1% en 2016. Vous trouverez les taux correspondant au autre activités en suivant ce lien.

En revanche, au-delà de la première année d’activité, s’il exerce son activité à domicile, l’auto-entrepreneur est redevable de la CFE même si la taxe foncière est appliquée au domicile personnel.

L’entreprise individuelle :

La déclarations de statut de l’entreprise individuelle varie en fonction de la nature de l’activité :

C’est le régime de l’impôt sur le revenu, propre aux entrepreneurs individuels, qui s’applique par défaut.Le bénéfice réalisé est alors imposable selon les règles applicables à la catégorie des revenus correspondant à la nature de son activité : BIC, BNC, bénéfices agricoles… 

Mais l’entrepreneur (sauf l’auto-entrepreneur) peut, de façon facultative, opter pour le régime fiscal des sociétés de capitaux (impôt sur les sociétés – IS) sans être obligé de créer une personne morale. Mais, cette option est irrévocable.

Pour les auto-entrepreneurs qui optent pour le régime de l’EIRL, cette option n’a pas d’incidence sur leur régime fiscal, qui reste celui du régime micro-entreprise.

ATTENTION : J’attire votre attention sur les risques liées aux responsabilités et au patrimoine personnel ! En effet en EI ou auto-entreprise les biens de l’entreprise et les biens propres se confondent. Plus d’infos sur https://www.service-public.fr 

En bonus une petite vidéo contenant des très bons conseils et informations concernant l’auto-entreprise

Par |2018-02-07T12:22:37+00:0023 Août 2016|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Entrepreneur autodidacte passionné par le web et les nouvelles technologies depuis toujours, je me suis lancé dans l'aventure digitale après avoir passé 4 ans à parcourir le monde, plein de curiosité. J'ai créé AK Digital en 2016 après avoir travaillé comme concepteur web freelance plusieurs années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.